Coût d’une promenade sur la Petite Ceinture


Accueil > Étudier > Situation actuelle de la Petite Ceinture > Actualité de la Petite Ceinture > Coût d’une promenade sur la Petite Ceinture


Par Petite Ceinture Info le 7 février 2021

Vue de la promenade du 12e arrondissement
Bruno Bretelle

L’ouverture d’environ 6 km de promenades par la Mairie de Paris sur la plate-forme de la Petite Ceinture entre 2013 et 2020 offre un précieux retour d’expérience sur ce type de projet, en permettant d’en comprendre les ambitions et les limites.

Le coût moyen d’aménagement d’un kilomètre de promenade représente les principales caractéristiques des promenades ouvertes. Pour l’estimer, nous inventorions les sommes dépensées à cette fin par la Ville de Paris pendant la mandature 2014-2020. Ces données sont issues des comptes administratifs de chaque exercice annuel, publiés par la Ville de Paris, qui présentent l’affectation des dépenses engagées chaque année. Ces documents sont disponibles sur la page du site de la Ville de Paris consacrée à son budget annuel (cliquer ici pour accéder à cette page).

En divisant la somme de ces dépenses par le nombre de kilomètres de promenades ouvertes, que nous présentons dans cet autre article, nous estimons le coût moyen par kilomètre de ces promenades.

En utilisant cette même méthode, nous estimons le coût d’aménagement de la promenade du 15e arrondissement, ouverte en 2013 pendant la mandature précédente (2008-2014). Nous constatons que le coût d’aménagement d’un kilomètre de promenade a baissé entre ces deux mandatures. En comparant la promenade du 15e arrondissement, ouverte en 2013, et celle du 12e arrondissement, ouverte en 2019, nous cherchons à identifier les principales sources de coût, qui jouent un rôle important dans le le choix d’une section pour l’aménagement d’une promenade.

Enfin, nous comparons les coûts d’aménagement de la High Line à New York, régulièrement citée comme un exemple réussi de promenade urbaine aménagée sur une plate-forme ferroviaire aérienne, et du Bloomingdale Trail à Chicago, avec ceux de la Petite Ceinture.

Inventaire des dépenses annuelles de la Ville de Paris

Hôtel à insectes sur la promenade du 15e arrondissement
François Godard

Cet inventaire relève les dépenses annuelles engagées pendant les années 2015 à 2019 incluses. Ces dépenses ne concernent pas les deux promenades aménagées en 2020 dans le 19e arrondissement, celles-ci étant a priori financées, d’après le site du budget participatif de la Ville de Paris, par le projet intitulé « Quartiers populaires : reconquête de la Petite Ceinture » voté en 2018. La publication durant l’été 2021 du compte administratif de l’exercice 2020 devrait permettre de déterminer de façon précise la source de financement de ces deux promenades. Nous en tiendrons alors compte.

L’inventaire des dépenses annuelles de la Ville de Paris permet de réaliser le constat suivant :

  1. Le projet voté au budget participatif 2015, intitulé « La reconquête de la Petite Ceinture » et d’un montant de 7,5 millions d’Euros, est financé par le budget d’investissement de la Ville de Paris consacré à la Petite Ceinture pendant la mandature 2014-2020, d’un montant de 15 millions d’Euros, grâce à un jeu d’écriture comptable ;
  2. Les dépenses sont réparties à peu près à égalité entre le budget de la Ville de Paris et le budget participatif 2015, soit environ 7,5 millions d’Euros pour chaque poste.

Voici la liste détaillée des dépenses annuelles relevées dans les documents budgétaires de la Ville de Paris. Les montants publiés par la Mairie de Paris sont actualisés aux conditions de décembre 2020 afin de prendre en compte l’inflation, au moyen du site France Inflation.

Dans cette liste, la dénomination « Budget participatif 2015 » désigne le projet intitulé « La reconquête de la Petite Ceinture » voté au budget participatif de 2015.

Pour chaque année civile, ce tableau indique le montant de la dépense, ce montant actualisé pour tenir compte de l’inflation jusqu’en décembre 2020, le poste de dépense et le document source.

AnnéeMontant (en M€)Montant actualisé (12/2020)Poste de dépenseDocument budgétaire
2015 1,1 1,16 Budget Ville de Paris Compte administratif de l’exercice 2015 – Annexe 2
2016 1,6 1,68 Budget Ville de Paris Compte administratif de l’exercice 2016 – Annexe 2
2016 1,46 1,53 Budget Ville de Paris Compte administratif de l’exercice 2016 – Annexe 2
2016 0,08 0,08 Budget Participatif 2015 Compte administratif de l’exercice 2016 – Annexe 2
2016 0,07 0,07 Budget Participatif 2015 Compte administratif de l’exercice 2016 – Annexe 2
2016 0,04 0,04 Budget Participatif 2015 Compte administratif de l’exercice 2016 – Annexe 2
2016 0,08 0,08 Budget Participatif 2015 Compte administratif de l’exercice 2016 – Annexe 2
2017 2,4 2,49 Budget Ville de Paris Compte administratif de l’exercice 2017 – Annexe 1
2017 0,28 0,29 Budget Ville de Paris Compte administratif de l’exercice 2017 – Annexe 1
2017 0,13 0,13 Budget Participatif 2015 Compte administratif de l’exercice 2017 – Annexe 2
2018 0,5 0,51 Budget Ville de Paris Compte administratif de l’exercice 2018 – Annexe 1
2018 1,2 1,22 Budget Participatif 2015 Compte administratif de l’exercice 2018 – Annexe 5
2018 0,5 0,51 Budget Participatif 2015 Compte administratif de l’exercice 2018 – Annexe 5
2018 0,04 0,04 Budget Participatif 2015 Compte administratif de l’exercice 2018 – Annexe 5
2019 3 3,02 Budget Participatif 2015 Compte administratif de l’exercice 2019 – Annexe 1
2019 1,9 1,91 Budget Participatif 2015 Compte administratif de l’exercice 2019 – Annexe 5
2019 0,23 0,23 Budget Participatif 2015 Compte administratif de l’exercice 2019 – Annexe 5

Évolution du coût moyen d’un kilomètre de promenade

Vue de la promenade du 17e arrondissement
François Godard

La somme des dépenses actualisées pour tenir compte de l’inflation relevées dans cet inventaire donne bien un montant de 15 M€, correspondant au budget attribué à l’aménagement de promenades pendant la mandature 2014-2020. Dans un autre article, consacré à l’inventaire des espaces ouverts au public sur la Petite Ceinture et accessible ici, nous calculons qu’environ 3,9 km de promenades ont été aménagées sur ce budget. Ce qui donne un coût moyen d’environ 3,85 M€ par kilomètre de promenade ouverte sur la plate-forme ferroviaire.

L’aménagement de la promenade ouverte dans le 15e arrondissement en 2013 représente un montant de 6,4 M€, relevé dans le Compte administratif de l’exercice 2015 – Annexe 1 (projet « Petite Ceinture 15e Première phase »), soit environ 6,7 M€ aux conditions de décembre 2020. Ce qui donne, pour une promenade longue de 1,3 km, un coût moyen d’environ 5,15 M€ par kilomètre de promenade ouverte.

Ainsi, d’une mandature à l’autre, le coût moyen estimé d’un kilomètre de promenade baisse d’environ 25 %.

Sélection des sections aménageables en promenade

Comment le coût d’aménagement d’une promenade sur la plate-forme ferroviaire a-t’il pu être réduit entre les deux mandatures ? Afin de répondre à cette question, voyons s’il existe des différences entre les promenades aménagées respectivement pendant les mandatures 2008-2014 et 2014-2020.

Création versus rénovation d’accès

La promenade du 15e arrondissement, ouverte en 2013, comporte 6 accès, dont 5 accès créés et un accès rénové (réutilisation d’un escalier de l’ancienne station Vaugirard-Ceinture rue de Vaugirard).

Parmi les 5 accès créés, 4 sont des escaliers métalliques. Par ailleurs, 3 de ces accès comporte un ascenseur en plus d’un escalier. Quant au cinquième accès, il s’agit de l’aménagement d’un pont-rail métallique franchissant la rue Desnouettes, qui était autrefois occupé par l’embranchement des ateliers de la ligne 12 du Métro.

Accès de l’ancien embranchement du Métro sur promenade du 15e
François Godard

La promenade du 12e arrondissement, ouverte en 2019, comporte quant à elle 5 accès, soit presqu’autant que la promenade du 15e, mais seulement un accès y est créé, les autres accès étant rénovés. Un seul escalier métallique est installé et aucun ascenseur ne l’est.

Ainsi, la promenade du 12e, bien que plus longue que celle du 15e (1,7 km contre 1,3 km), a fait l’objet de moins de dépenses pour les accès que celle du 15e.

Plus généralement, sur l’ensemble des promenades ouvertes pendant la mandature 2014-2020, à l’exception de celles du 19e arrondissement, ce sont 4 escaliers métalliques en tout qui sont installés, c’est à dire autant que sur la seule promenade du 15e, le reste des accès consistant en des accès de services ou des escaliers d’anciennes stations rénovés.

Cette différence d’aménagement souligne le fait que le coût des accès est un frein à l’aménagement d’une promenade sur la Petite Ceinture (pour plus de détails sur la configuration de la plate-forme de la Petite Ceinture, lire notre article consacré aux obstacles topographiques à la réalisation d’une High Line sur la Petite Ceinture).

Franchissement des ponts-rails métalliques

Outre le nombre d’accès créés, la promenade du 15e et les promenades aménagées pendant la mandature 2014-2020 diffèrent par le nombre de ponts-rails métalliques franchis (ou encore la longueur totale de ces ponts-rails). La promenade du 15e franchit à elle-seule 5 ponts-rails métalliques, tandis que sur les promenades ouvertes pendant la mandature 2014-2020, en excluant les promenades du 19e, seulement 2 ponts-rails métalliques, tous deux situés sur la promenade du 12e, sont franchis.

Vue du caillebotis métallique équipant le pont de l’avenue Daumesnil
La caillebotis installé sur la voie extérieure (à gauche) laisse un espace suffisant le long des rails pour la circulation d’un engin ferroviaire.
Bruno Bretelle

L’exemple du 19e arrondissement

Pont de la Petite Ceinture au franchissement du canal de l’Ourcq
Ce pont-rail métallique nécessite des travaux importants pour aménager une promenade. Vue tirée du film La Petite Ceinture atout capital pour Paris.
François Godard

La prise en compte de ces deux critères, à savoir la minimisation du nombre de ponts-rails métalliques à franchir et la minimisation du nombre d’accès à créer, peut expliquer pourquoi dans le 19e arrondissement, l’aménagement d’une promenade entre l’avenue de Flandre et la rue de Thionville, c’est à dire entre les deux promenades ouvertes en 2020, a été abandonné pendant la mandature 2014-2020.

Pourtant, la municipalité exprime au début de la mandature sa volonté de voir ce projet réalisé. Preuve de cette volonté, le Conseil du 19e arrondissement vote en décembre 2014 « le vœu que le tronçon entre la rue Petit et la Gare du Pont de Flandre soit inscrit en priorité sur le projet d’aménagement parisien de la Petite Ceinture en promenade verte ». [1]

Mais le 19 novembre 2015, lors d’une réunion publique, la section comprise entre l’avenue de France de Flandre et la rue de Thionville n’apparaît plus dans le projet municipal présenté au public.

Cette section, longue de 660 m, est constituée d’un viaduc en maçonnerie, le Viaduc de la Villette, ponctué de 6 pont-rails. Parmi ces ponts-rails, 5 sont métalliques et totalisent une longueur de 75 m. Par conséquent, l’aménagement d’une promenade nécessite d’importants travaux pour rendre ces ponts-rails accessibles aux piétons.

En outre, cette section ne comporte aucun accès existant, hormis peut-être la passerelle piétonne qui franchit le canal de l’Ourcq en longeant le pont-rail de la Petite Ceinture. Mais il faudrait la rénover, voire la reconstruire pour en faire un accès respectant les normes actuelles.

Pont de la Petite Ceinture au franchissement de la rue de l’Argonne
Ce pont-rail métallique nécessite des travaux importants pour aménager une promenade. Vue tirée du film La Petite Ceinture atout capital pour Paris.
François Godard

Comparaison avec New York et Chicago

Vue du Bloomingdale Trail de Chicago, aménagé pour les piétons et les cyclistes

La High Line de New York est régulièrement citée comme un exemple réussi de promenade urbaine aménagée sur une plate-forme ferroviaire aérienne. L’étude du coût de son aménagement, ainsi que celui d’une promenade aménagée à Chicago, le Bloomingdale Trail, permet de comprendre pourquoi les aménagements réalisés sur la Petite Ceinture sont si légers en comparaison.

La High Line de New York est ouverte en trois phases entre 2009 et 2014 sur une longueur de 2,3 kilomètres, ce qui représente 10% des 23 kilomètres nord, est et sud de la Petite Ceinture.

Comme relevé dans un article consacré à la High Line de New York sur ce site (accessible ici), le coût moyen par kilomètre est d’environ 60 M€ par kilomètre aux conditions de décembre 2020, compris dans une fourchette d’environ 70 M€ par kilomètre pour les deux premières section ouvertes et environ 30 M€ par kilomètre pour la dernière (utilisation du site Fxtop.com pour les conversions de Dollar US en Euro).

Ce coût d’aménagement est donc très supérieur (6 à 18 fois) à celui des promenades ouvertes par la Ville de Paris depuis 2013, compris autour de 3,85 et de 5,15 M€ par kilomètre,

Le Bloomingdale Trail de Chicago, long de 4,6 km, est ouvert en 2015. Son coût est de 22 millions de Dollars US par kilomètre, soit l’équivalent d’environ 20 M€ aux conditions de décembre 2020, ce qui représente un coût 4 à 5 fois supérieur à celui des aménagements réalisés à Paris depuis 2013.

Les aménagements réalisés à Paris sont donc d’un coût bien inférieur et beaucoup plus légers que ceux réalisés à New-York et Chicago.

Quelles sont les raisons qui expliquent une telle différence ?

Tout d’abord, la Mairie de Paris n’est pas propriétaire de la Petite Ceinture, contrairement aux mairies de New York et de Chicago pour respectivement la High Line et le Bloomingdale Trail (pour plus de détails sur le statut de la Petite Ceinture,lire l’article sur les obstacles juridiques à la réalisation d’une High Line sur la Petite Ceinture).

L’aménagement de promenades sur la Petite Ceinture ne bénéficie pas non plus de l’effet d’aubaine que constitue la rénovation urbaine des quartiers traversés par la ligne. Alors que les aménagements de la High Line à New-York (lire cet article sur l’influence de la High Lien sur l’augmentation des prix de l’immobilier dans le quartier qu’elle traverse) et de la Coulée Verte René Dumont (consulter à ce sujet le site de l’architecte Philippe Mathieux et le numéro 27-28 de la revue Paris Projet de l’APUR concernant la ZAC Reuilly) à Paris ont accompagné, voire ont stimulé, la rénovation des quartiers que ces promenades traversent, il n’y a pas de grande opération de renouvellement urbain envisageable dans les quartiers traversés par la Petite Ceinture.

Aller plus loin

Pour approfondir le sujet des promenades aménagées sur la Petite Ceinture, cliquer ici pour découvrir notre article consacré au bilan des vingt-cinq années de projets de promenade sur la Petite Ceinture menés entre 1995 et 2020 par la Mairie de Paris.


Catégories associées


Promenades