Le service circulaire et le Métro au début du XXe siècle


Accueil > Approcher > Histoire de la Petite Ceinture > Le service circulaire et le Métro au début du XXe siècle


Par Petite Ceinture Info le 24 novembre 2019

Les travaux de suppression des passages à niveau sur la Petite Ceinture Rive Droite ont lieu alors que les débats font rage sur le chemin de fer métropolitain. Deux conceptions s’affrontent. La première consiste à réaliser un chemin de fer d’intérêt général en prolongeant la Petite Ceinture et les lignes radiales de banlieue vers les quartiers centraux de Paris. Ce « métro » serait régional. Le service des trains circulaires de la Petite Ceinture est considéré comme la première boucle de ce projet de chemin de fer métropolitain. Les compagnies associées pour exploiter la Petite Ceinture développent ce service en espérant se voir attribuer la concession de l’exploitation du futur réseau.

Plan du projet gouvernemental de chemin de fer métropolitain de 1894
Sur ce plan figurent les lignes centrales qui auraient été exploitées par un syndicat des grandes compagnies de chemin de fer.
La Science Illustrée

Mais la Ville de Paris s’oppose à ce projet, car elle souhaite développer un chemin de fer d’intérêt local, c’est à dire desservant uniquement les quartiers parisiens et indépendant des lignes de banlieue, de la Petite Ceinture et de la ligne d’Auteuil.

Finalement, en 1895, au bout d’une trentaine d’années de débats et dans l’urgence de la préparation de l’exposition universelle de 1900, le gouvernement cède à la Ville de Paris le soin de construire le futur chemin de fer métropolitain et d’en choisir le mode d’exploitation. La première ligne du Métro est ainsi mise en service le 19 juillet 1900. Désormais, deux services métropolitains coexistent : le service circulaire de la Petite Ceinture et le service du Métro municipal.

Ces services seront-ils complémentaires ou concurrents ?

Train de la Petite Ceinture sur le viaduc du Cours de Vincennes
On distingue au centre de l’avenue l’accès à la station de la ligne 1 du métro, dessiné par Guimard, et sur les côtés les stations de tramway.

L’apogée du service circulaire survient en 1900 grâce à l’exposition universelle : 39 millions de voyageurs fréquentent ses trains, soit en moyenne plus de 100 000 par jour. Jusqu’à 12 trains circulent par heure et par sens pendant les heures de pointe, à des intervalles compris entre 5 et 10 minutes. Les voies de la partie nord de la ligne d’Auteuil sont doublées afin de mettre en circulation des trains directs entre les gares de Paris-Saint Lazare et du Champs de Mars.

Train de Ceinture quittant la station de l’Avenue Henri Martin vers 1900
Le train quitte la station et passe à la hauteur du raccordement de Boulainvilliers. La locomotive appartient à la Compagnie de l’Ouest. Photographie prise entre 1900 et avril 1903.

Les voitures à impériale sont supprimées et les quais des stations sont exhaussés afin de diminuer le temps de stationnement aux arrêts. Des locomotives et des voitures spécialement conçues pour le service circulaire sont également commandées. Grâce à ces mesures, les temps de parcours s’échelonnent entre 1h21 et 1h30 au lieu de 1h50 intialement. Le tour de Paris comporte 29 stations, dont 6 sur la ligne d’Auteuil. Hors exposition, le service des trains circulaires compte jusqu’à 8 trains à l’heure et par sens, limite imposée par la ligne d’Auteuil qui possède son propre trafic.

la gare du Champs de Mars durant l’Exposition Universelle de 1900
Trains de la Compagnie de l’Ouest empruntant la ligne de Courcelles au Champs de Mars.

Dans ce contexte, les pouvoirs publics demandent aux compagnies privées exploitant le service circulaire de prendre des mesures afin d’en faire l’utile complément du Métro, comme la mise en place d’un tarif commun, l’électrification du service, l’augmentation de la fréquence de circulation aux heures de pointe à un train toutes les 5 minutes et l’extension des horaires.

Au lendemain de l’exposition de 1900, les compagnies font réaliser une étude technique et budgétaire sur l’électrification du service accompagnée du passage à la fréquence de 5 minutes aux heures de pointe. Mais elles refusent d’appliquer ces mesures pour des raisons économiques. En effet, intensifier le service circulaire nécessiterait de supprimer un grand nombre de trains de marchandises, alors que ce trafic est beaucoup plus lucratif que celui des trains du service urbain de voyageurs. Déjà, l’augmentation du nombre de trains de voyageurs à la fin du XIXe siècle a nécessité le transfert d’une partie du trafic de marchandises vers une boucle ferroviaire construite à une dizaine de kilomètres de Paris : la Grande Ceinture. L’autre solution consisterait à doubler les voies de la Petite Ceinture Rive Droite et du sud de la ligne d’Auteuil, ce qui ferait exploser le coût du projet.

Un train de marchandises de la compagnie du Paris-Orléans (P.O.) entre dans la tranchée du Parc des Buttes-Chaumont
Cette photographie rare, prise vers 1900, montre un train d’animaux venant des voies de la gare d’Austerlitz et allant au marché aux bestiaux de la Villette, au pied du pavillon Puebla.

Les compagnies adoptent cependant des mesures pour faire face à la concurrence du Métro et des nouvelles lignes de tramway électrique. Durant l’été 1901, le service est réorganisé pour être adapté aux flux de voyageurs et les tarifs sont révisés à la baisse. Puis le 1er avril 1903, le temps de parcours est abaissé à 1h10 aux heures creuses grâce à l’utilisation de nouvelles locomotives à vapeur, soit une vitesse commerciale de 27 km/h, équivalente à celle d’une ligne du Métro. Mais ces mesures n’empêchent pas la chute brutale du nombre de voyageurs en l’espace de moins d’une décennie au rythme des mises en service des nouvelles lignes du Métro.

Les nouvelles locomotives de la Petite Ceinture de Paris - extrait de l’hebdomadaire La Nature en 1903.
Ces élégantes locomotives à vapeur permirent aux trains de la Petite Ceinture d’atteindre une vitesse commerciale équivalente à celle du Métropolitain de l’époque.

Dès avril 1903, les compagnies prétextent de cette nouvelle concurrence pour supprimer des trains aux heures creuses puis aux heures de pointe. En décembre 1915, les restrictions dues à la Première Guerre Mondiale entraînent l’arrêt du parcours de la ligne d’Auteuil par les trains du service circulaire. Enfin, le 23 juillet 1934, après plus de soixante-dix ans d’existence, le service urbain de voyageurs de la Petite Ceinture est remplacé par la ligne de bus P.C. (initiales de Petite Ceinture). Le service de voyageurs de la ligne d’Auteuil, électrifié dans les années 1920, dure jusqu’en 1985. Depuis 1988, le RER C réutilise une partie de cette ligne.

Carte du bus de remplacement du service voyageurs de la Petite Ceinture entre les portes d’Auteuil et Champerret
À l’Ouest subsiste le service voyageurs modernisé de la ligne d’Auteuil.

Article suivant : La ligne de Courcelles au Champs de Mars.


Articles sur le même thème


Catégories associées


Histoire