En train sur la Petite Ceinture, le chemin vert de Paris


Accueil > Étudier > Situation actuelle de la Petite Ceinture > Cadrage des projets > En train sur la Petite Ceinture, le chemin vert de Paris

Par Petite Ceinture Info le 7 février 2021

Le train spécial du 11 novembre 2000 sort du tunnel de Charonne et s’approche de la Flèche d’Or
Image extraite du film Foule sur la Petite Ceinture.
François Godard

Le train avance doucement dans le noir. Le tac-tac des roues sur les rails résonne dans le tunnel. En ce samedi d’été, la fraîcheur qui y règne contraste avec la chaleur extérieure. En sortant votre tête par la fenêtre et en la tournant vers l’avant du train, vous sentez une brise légère effleurer votre visage. Au loin, un point lumineux grossit lentement au fur et à mesure que le train avance. Le point continue de grossir puis soudain se transforme en une toile verdoyante. Au tunnel succède une tranchée profonde où les arbres des talus défilent en procurant une ombre bienfaitrice. Seul le commentaire que vous entendez à bord du train vous rappelle que vous êtes à Paris.

Difficile de ne pas résister à l’envie de voyager à bord d’un train touristique circulant sur la Petite Ceinture ! Il faut avouer que cela peut paraître incroyable de voir qu’une ligne, qui a connu des circulations touristiques régulières pendant plusieurs décennies, n’en voit plus passer depuis 2003. D’autant plus que le nombre de touristes à Paris n’a cessé de croître de 2003 à 2019 et que la Mairie de Paris a intégré l’ouverture au public de la ligne à sa stratégie touristique.

Mais si ces circulations n’ont plus lieu depuis 2003, c’est qu’il y a de sérieuses raisons.

Hormis le fait que la plate-forme a été interrompue à certains endroits pendant la durée de chantiers d’aménagement, visibles sur notre carte interactive en cliquant ici, les conditions d’exploitation de telles circulations ont fortement évolué depuis 2003. Actuellement, comme il n’y a pas d’opérateur ferroviaire exploitant des circulations sur la Petite Ceinture, les conditions d’exploitation d’un chemin de fer touristique peuvent être appliquées. Les grandes lignes de ces conditions d’exploitation, ainsi que celles d’un vélorail, sont présentées dans cet article de notre site.

Un train touristique stationne sous la passerelle de la rue de la Mare
Circulation organisée par le COPEF en partenariat avec la SNCF et RFFF en septembre 2000.
Bruno Bretelle tous droits réservés

Par ailleurs, le retour d’expérience des aménagements réalisés par la Mairie de Paris sur la Petite Ceinture durant la mandature 2014-2020 montre que trois étapes doivent être franchies successivement pour qu’un projet puisse aboutir :

  • Réaliser une étude de faisabilité pour identifier les contraintes juridiques, techniques et budgétaires,
  • Puis définir un modèle économique pour ce projet,
  • Enfin, obtenir un consensus politique.

Dans le cas du projet d’ouverture au public mené par la Mairie de Paris durant la mandature 2014-2020, un consensus politique n’a pu être obtenu sur la création d’une société commerciale qui devait compléter les investissements de la Mairie dans le modèle économique établi (pour plus de détails, lire notre article consacré au bilan du projet de la Mairie de Paris en cliquant ici).

Le cadre étant posé, découvrons maintenant le projet de circulations ferroviaires touristiques sur la Petite Ceinture conçu fin 2018 par Bruno Bretelle, animateur de ce site, et François Godard, animateur de la chaîne Youtube Petite Ceinture Paris.

Avantages des circulations ferroviaires touristiques

Plan de la Petite Ceinture - état au printemps 2021
©Bruno Bretelle

Pour maintenir la vocation ferroviaire de la Petite Ceinture, qui lui permet d’être une Trame Verte et Bleue parisienne, l’activité ferroviaire doit être maintenue, encouragée, partagée et réfléchie. Des investissements ciblés doivent être engagés pour garantir la continuité et les liaisons de la Petite Ceinture avec les lignes des grandes gares parisiennes, comme prolongements de tous ceux réalisés depuis 1993.

Ces circulations ferroviaires complètent et relient les nouveaux usages de la Petite Ceinture mis en place par la Ville, comme les promenades, tout en offrant des perspectives d’application du principe de pluriactivités qui favorise la diversité des usages et des publics.

Qu’elles soient occasionnelles, évènementielles ou plus régulières, des circulations ferroviaires présentent un grand intérêt pour Paris. Les 3 scénarios de circulations ferroviaires sur 3 sections différentes, que nous vous présentons, permettraient à la Petite Ceinture d’accueillir des trains de découverte ou de loisirs pour des évènements, des tests de matériels innovants ou des expérimentations basées sur le rail (draisines, vélorails, accueil biodiversité, éco-musée, etc.).

Conditions de circulations liées à l’infrastructure

Avant une circulation, une inspection des voies et des ouvrages d’art doit être réalisée afin d’autoriser ou non cette circulation. Il faut donc étudier le coût financier, les délais de réalisation et la durée de validité d’une telle autorisation.

Il est également nécessaire de nettoyer la plate-forme pour enlever les déchets et tailler les arbustes qui entraveraient une circulation. Il faut donc étudier l’intervention des associations d’insertion qui entretiennent la plate-forme de la Petite Ceinture pour le compte de la SNCF ou de la Ville de Paris depuis 2006.

Concernant les ouvrages d’art, un point d’attention porte sur les ponts-rails métalliques et sur la traversée des tunnels, où il faut étudier les conditions d’éclairage et de signalétique.

Concernant les évacuations d’urgence, il faut étudier la réglementation à appliquer. En particulier, il faut vérifier les mesures à prendre vis-à-vis des Pompiers de Paris et de la Préfecture de Police (accès pompiers, procédure d’évacuation d’urgence, préparation d’un parcours).

Concernant l’embarquement et le débarquement des voyageurs, la sécurité de ces opérations impose la présence d’un quai, même provisoire. Il faut donc étudier le coût financier, les délais de réalisation et la durée de validité d’un quai provisoire pour chaque circulation.

La vitesse envisagée est de 10 km/h, afin de ne pas trop solliciter l’infrastructure et laisser le temps aux voyageurs de profiter de l’ambiance.

Conditions de circulations liées au matériel roulant

Autorail X 2141 préservé à Vierzon
Wikipedia

Le matériel roulant utilisable sur la Petite Ceinture doit répondre aux exigences de minimisation des nuisances pour les riverains, d’autonomie, de réversibilité, de gabarit et de charge à l’essieu :

  • Exigence de minimisation des nuisances pour les riverains : cela implique de ne pas utiliser un matériel trop ancien, émetteur de forte pollution, comme une locomotive à vapeur ;
  • Exigence d’autonomie : comme la Petite Ceinture n’est pas électrifiée, il faut utiliser un matériel autonome de type autorail diesel ou automotrice sur batteries ;
  • Exigence de réversibilité : pour que le train puisse circuler dans les deux sens, le matériel roulant doit disposer d’une cabine de conduite à chaque extrémité. Pour cette raison, un locotracteur attelée à une voiture de voyageurs ne conviendrait pas ;
  • Exigence de gabarit : le matériel roulant ne doit pas avoir de dimensions trop généreuses, afin de pouvoir franchir certains portails clôturant les tunnels ;
  • Exigence de charge à l’essieu : l’état des voies de la Petite Ceinture impose, pour ne pas avoir à réaliser de travaux trop coûteux de remise en état, d’utiliser un matériel léger.

Autorails diesel

Le matériel employé peut être un autorail diesel récemment retiré du service par la SNCF et acquis par un chemin de fer touristique, soit par rachat, soit par prêt, puis agréé à rouler sur les voies SNCF Réseau.
Les autorails diesel de la série X2100 et X 2200, construits dans les années 1980 et retirés du service en 2018, remplissent ces conditions. Ces autorails légers composés d’une seule caisse comportent une cabine à chaque extrémité. Leur capacité est de 65 places assises. Vers 2001, leurs moteurs d’origine ont été remplacés par des moteurs moins polluants issus de l’industrie du poids lourds.

Il faudrait établir avec l’une de ces structures une convention pour faire venir un autorail agréé et en état de marche sur la Petite Ceinture.

Automotrices sur batteries

Un matériel sur batteries serait plus approprié dans le contexte actuel de lutte contre la pollution et les gaz à effets de serre. La mise au point de matériel générant peu d’émissions de gaz à effet de serre est une préoccupation majeure des constructeurs de matériel ferroviaire. La Petite Ceinture peut donc jouer le rôle de site de présentation et de démonstration de ces nouveaux matériels.

Scénarios de circulation envisagés

Nous proposons 3 scénarios de circulations ferroviaires, sur 3 sections de la Petite Ceinture, pour 3 expériences complémentaires :

  • Le train historique de la métropole au nord : découvrir l’histoire de la Petite Ceinture et de ses liens avec l’urbanisme parisien du Second Empire à nos jours,
  • Le train des quartiers à l’est : traverser les anciens villages de La Villette, Belleville, Ménilmontant, Charonne, Bel-Air jusqu’à la Seine en adoptant un nouveau point de vue sur la ville,
  • Le train des jardins au sud : multiplier les expériences bucoliques au cœur des jardins de la Petite Ceinture Rive Gauche, comme loin de la ville.

Le train historique de la Métropole

Thématique : découvrir l’histoire de la Petite Ceinture et de ses liens avec l’urbanisme parisien de Haussmann à nos jours.

Tracé du parcours touristique au nord de Paris
Le tracé est indiqué en jaune entre les voies des gares de Paris-Saint Lazare et de Paris Nord. En vert, des arrêts envisageables.
Bruno Bretelle et François Godard

Ce parcours offre plusieurs avantages par rapport aux deux autres que nous proposons :

Voici les principales caractéristiques de ce parcours :

  • Longueur de 3 km dont 1 km de tunnels (Épinettes : 525 m, Saint-Ouen : 512 m) ;
  • Départ du cœur du nouveau quartier des Batignolles et du parc Martin Luther King (17e) ;
  • Parcours jusqu’à la Porte de la Chapelle (18e) en pleine transformation avec le campus Condorcet et La Chapelle Internationale ;
  • Arrêts envisageables à la hauteur du Belvédère du parc Martin Luther King (17e), de la rue Ernest Roche (17e), de l’Avenue de Saint-Ouen (Le Hasard Ludique, 18e), de la porte de Clignancourt (la RECyclerie et Jardins du Ruisseau) et de la porte des Poissonniers (18e) ;
  • Durée d’un aller-retour : 1h30mn, sur la base d’une vitesse de circulation de 10 km/h et de ces arrêts.

Le train des quartiers

Thématique : traverser les villages de La Villette, Belleville, Ménilmontant, Charonne, Bel-Air jusqu’à la Seine en adoptant un nouveau point de vue sur la ville.

Tracé du parcours touristique à l’est de Paris
Le tracé est indiqué en jaune entre la station Pont de Flandre et la gare de Paris-Bercy. En vert, des arrêts envisageables.
Bruno Bretelle et François Godard

Voici les principales caractéristiques de ce parcours :

  • Longueur de 8 km entre le quartier de Bercy (12e) et la gare du Pont de Flandre (19e) dont 2,5 km de tunnels (Charonne : 1360 m, Belleville : 1124 m) ;
  • Arrêts envisageables avec quais existants à Rue Claude Decaen et Bel Air (12e), Avenue de Vincennes, Rue d’Avron, Rue de Bagnolet (20e), Ménilmontant, parc des Buttes-Chaumont et Pont de Flandre (19e) ;
  • Durée d’un aller-retour : 3h, sur la base d’une vitesse de circulation de 10 km/h et de ces arrêts.

Le train des jardins

Thématique : multiplier les expériences bucoliques au cœur des jardins de la Petite Ceinture Rive Gauche, comme loin de la ville.

Tracé du parcours touristique au sud de Paris
Le tracé est indiqué en jaune entre le RER C et la Poterne des Peupliers. En vert, des arrêts envisageables.
Bruno Bretelle et François Godard

Voici les principales caractéristiques de ce parcours :

  • Longueur de 6 km entre Grenelle-place Balard (15e) et la Poterne des Peupliers (13e) dont 2,5 km de tunnels (Vaugirard : 331 m, Broussais : 715 m, Montrouge : 904 m, La Glacière-Gentilly : 500 m) ;
  • Arrêts envisageables à la place Balard, Vaugirard, au parc Georges Brassens (15e), à Montrouge et au parc Montsouris (14e) et à la Poterne des Peupliers (13e) ;
  • Durée d’un aller-retour : 3h, sur la base d’une vitesse de circulation de 10 km/h et de ces arrêts.

Conclusion

Nous avons résumé ici les principaux enjeux d’un projet de circulations ferroviaires touristiques sur la Petite Ceinture. Si vous consultez notre article qui décrit la réglementation de telles circulations, vous verrez qu’il reste encore des points techniques, juridiques et financiers à aborder.

L’objet de cette présentation est de montrer l’intérêt d’un tel projet, notamment qu’il est compatible avec les promenades ouvertes ces dernières années par la Mairie de Paris. À nos yeux, l’avenir de la Petite Ceinture ne passe pas dans l’opposition, mais dans l’association entre l’usage ferroviaire et les promenades.

N’hésitez pas à nous contacter en cliquant ici si vous souhaitez discuter avec nous de ce projet et plus généralement, de la situation actuelle et de l’avenir de la Petite Ceinture.