Films pour voyager sur la ligne d’Auteuil en train à vapeur


Accueil > Approcher > Histoire de la Petite Ceinture > Films pour voyager sur la ligne d’Auteuil en train à vapeur

Par Petite Ceinture Info le 16 mai 2021

La station Auteuil-Boulogne, outre d’être desservie par les trains du service circulaire à partir de 1867, est le terminus du service des trains de la ligne d’Auteuil depuis 1854. Ce service relie la gare Saint-Lazare à la station Auteuil-Boulogne.

Est-ce sa fonction de petite gare parisienne terminus qui attire les cinéastes pour des raisons de commodité de tournage ? En tout cas, elle apparaît dans plusieurs films tournés avant 1914.

Nous vous présentons une sélection de ces films, classés par ordre chronologique, afin de mieux suivre l’évolution de la composition des trains du service de la ligne d’Auteuil. L’occasion de voir les voitures à impériale de 2e classe être remplacées progressivement par des voitures ordinaires inspirées des voitures du service circulaire de la Petite Ceinture.

À bord des voitures à impériale ouverte

Le premier film, tourné vers 1898, permet de découvrir l’environnement de la station composée de villas avec jardins, ainsi que les vêtements portés à cette époque. Plusieurs films bâtis sur le même scénarios sont tournés entre 1897 et 1900.

Une plaque de destination, marquée « Auteuil », est accrochée à la porte de la boîte à fumées de la locomotive. Derrière elle sont visibles un fourgon, deux voitures de 1re classe et des voitures à impériale ouverte (c’est à dire sans cloisons latérales) de 2e classe. Les trains de la ligne d’Auteuil, tout comme ceux du service circulaire, ne comportent pas de voiture de 3e classe.

Les deux voies empruntées par les trains du service circulaire se trouvent à droite du quai couvert.

Une scène burlesque figure dans ce film. Saurez-vous la découvrir ?

Arrivée d’un train à la station Auteuil-Boulogne vers 1898
par Réalisateur inconnu - Pathé frères
https://youtu.be/DBZgwnFCdwc

À bord des voitures à impériale fermée

Cette séquence est tirée du film burlesque « Les Malheurs de M. Ducornard », produit par la société Pathé frères en 1906. Dans cette séquence, M. Ducornard manque son train.

Ce film est l’occasion de découvrir la cour et les quais de la station. Le train au départ est composé de deux fourgons, de deux voitures de 1re classe, d’une voiture à impériale ouverte de 2e classe et de deux voitures à impériale fermée de 2e classe, soit 7 véhicules. Sur la gauche, une longue rame de voitures de 1re classe et de voitures de 2e classe à impériale est garée.

Le tournage de la scène sur le quai excite la curiosité des voyageurs !

Départ d’un train de la station Auteuil-Boulogne en 1906
par Réalisateur inconnu - Pathé frères
https://youtu.be/Rxysx6kA8-M

À bord des voitures ordinaires de type Ceinture

Cette séquence est tirée du film « À Biribi, disciplinaires français », réalisé par Lucien Nonguet et produit par la société Pathé frères en 1907. Dans cette séquence, des soldats condamnés par le conseil de guerre embarque dans un train.

Ce film est l’occasion de découvrir un train dans lequel les voitures à impériale, visibles dans les films précédents, sont remplacées par des voitures ordinaires. Ces dernières, mises en service en 1900, sont inspirées des voitures utilisées dans les trains du service circulaire. Elles présentent deux avantages par rapport aux voitures à impériale. Tout d’abord, elles permettent de diminuer le temps d’arrêt aux stations, les déplacements des voyageurs entre les quais et les compartiments étant plus rapides. Elles permettent également d’éviter les accidents de voyageurs qui tombent de l’impériale ou qui heurtent un obstacle, comme un pont, en sortant la tête du compartiment alors que le train roule.

Un exemplaire de ce modèle est aujoud’hui préservé et garée à Pont-Erambourg. Cliquer ici pour le découvrir.

Le train au départ est composé de deux fourgons, de trois voitures de 1re classe et de cinq voitures ordinaires de 2e classe, soit 10 véhicules.

https://youtu.be/JRWW9BXJphk
Vue générale de la voiture État C4Df de Pont-Érambourg
La voiture souffre de son garage en plein air.
Bruno Bretelle

À bord d’une locomotive à vapeur

Cette séquence est tirée du film « Teddy a mangé des grenouilles » produit par la société Lux Films en 1912, dans lequel apparaît le comédien Édouard Pinto.

Le facétieux Teddy décide de goûter aux cuisses de grenouilles. Mais cette consommation entraine une fâcheuse conséquence : désormais, il se déplace en sautillant comme le batracien ! Pour échapper à ses poursuivants, il saute sur une locomotive à vapeur puis à bord d’un train qui quitte la station.

La première scène de la séquence permet de découvrir derrière la locomotive le parc à charbon de la station. Deux wagons tombereaux remplis de charbon sont garés sur une voie. Des briquettes de coke sont rangées devant le tas de charbon. Devant la locomotive apparaît une grue à eau orientée vers elle. La locomotive circule donc sur une voie servant à l’approvisionnement en eau, en coke et en charbon. L’arrière-plan de cette scène est composé du boulevard Suchet et des fortifications.

La deuxième scène montre la dernière voiture du train qui quitte la station. Cette voiture est du même type que celle préservée aujourd’hui à Pont-Érambourg (voiture-fourgon). Elle porte une plaque indique la destination du train : « St Lazare ».

La dernière scène, tournée sur le pont de la rue Raffet, montre une longue rame composée de deux fourgons, de voitures à impériale ouverte, de voitures à impériale fermée et de voitures de 1re classe et, juste avant le fourgon de queue, d’une voiture-bar de la Compagnie Française des Wagons-Buffets.

https://youtu.be/G6YIRNzrjOU